Les Chroniques de Shookett

billets d'humeur et d'humour, pis d'abord je dis ce que je veux !

04 juin 2007

Prom’nons nous dans ces p*** de bois (le retour de la suite)

Chuis retournée dans les bois hier.

Wé j’ai récidivé

Je sais, j’ai peur de rien parfois.

Les emmerdes ont commencé le matin, quand ma mère m’a coupé dans mes élans de grasse mat. Et m’appelle à 9h du mat’ pour me rappeler le resto. Comme si j’allais oublier. Wé bon au téléphone j’avais effectivement oublié, mais le dimanche avant 11h bin je sais même pas comment je m’appelle.

Bref je réponds aussi poliment que je peux, et je me repieute… mais pu moyen de dormir, alors je me lève, je traîne sur ibé, je prends ma douche, et je pars en ville manger un bout avec ma mère.

Comme c’est la fête des mamans, et que nous allons en ville, je me m’habille… un pantalon fluide, et des tites chaussures issues d’un accouplement entre des baskets et des ballerines. Un débardeur, un gilet pis vala.

Nan ce poste ne s’intitule pas « shookett vous raconte comment elle s’habille » mais ce détail est utile pour la compréhension du reste de l’aventure.

Arrivée sur le lieu de rendez-vous je me rends compte que je peux carrément aller aux framboises avec ce futale, limite il m’arrive aux genoux… limite hein.

Le plus grave c’est que j’ai chopé une des dernières paires de chaussettes correctes de ma garde robe, elles sont grises.

Et moches.

Bon allez zou, je les vire discrétos, et les planque dans ma boîte à gants.

Le repas est corret, j’ai juste failli l’enfoncer dans un poteau indicateur, mais je pouvais pas.

Y’avait des témoins.

En même temps me dire « c’est normal que tu aies moins souvent froid, c’est la graisse ça tient chaud », moi j’appelle ça des circonstances atténuantes voire même de la légitime défense.

Bref

Après manger, je retourne dans ma voiture, et je fonce pour la première fois chez les futurs beaux-parents les parents de mon (heu) petit copain (la ouache, rien que dire ça, je me prends une baffe).

Oui, mon copain c’est Tanguy…

Oh mon Dieu, je t’ai fait quoi pour mériter ça ???

Donc bon, pour explications, il habite un peu… heu… comment dire… loin ? Wé déjà, une heure de route quand même… mais surtout heeeu… dans le trou du cul de la région… mais pire, tu crois c’est le trou du cul, mais une habitante elle te dit calmement, na c’est encore plus au fond à droite

Là j’arrive chez les parents, miraculeusement j’ai trouvé. Je sonne, et beau-papa, le père de mon copain m’ouvre… j’ai eu comme l’impression que je n’avais pas été annoncée, c’est sympa. Dans les yeux du pater familias j’ai eu un peu l’impression que si j’avais tenté de lui vendre des encyclopédies, j’aurais eu un accueil plus chaleureux. Pour info je l’avais déjà rencontré par hasard (calculé) deux semaines auparavant.

Je me présente, me fait accueillir bien gentillement et très chaleureusement… pis fiston descend enfin… il était à la sieste le poftiminou.

Bon il me demande ce que je veux faire, et craignant que répondre la sieste devant les parents, fasse paresseuse et obsédée, et désirant de faire bonne impression je décide qu’une balade serait sympa.

Nous partons donc en balade.

Qui dit habiter au fin fond de la région dit campagne, et accessoirement forêt.

Je lui dit que bon, basiquement chuis pas forcément chaussée ni habillée pour l’occasion. Il me répond que ça ira…

Et moi, pof conne je lui fais confiance.

Très exactement 7 mins plus tard, j’ai définitivement abandonné tout espoir de rentrer propre.

Nous avons commencé à jouer à chercher la bêbête dans les bois, pour cela on sort des sentiers battus (pas plus mal c’était boueux).

Pis à traverser les chemins boueux.

Pis à la ptite maison dans la prairie avec vautrage dans un champ.

Tant qu’à faire on y est on y reste couchés.

Très marrant de regarder toutes les 4 minutes, si y’a personne

Les mouches c’est carrément un tue l’amour.

On finit notre chemin, pis il me dit attention c’est un peu humide, il est gentil il prévient.

Et vous pensez que moi j’écouterais ?

Hun ?

Pfeuh ?

Kesjefais ? bin je pose le pied et… suspense insoutenable … je m’enfonce… jusqu’à la cheville.

Je rappelle pour mémoire, que j’ai pas de chaussettes…

Sproutchhhhhhh

Yerk

Ce muffle a catégoriquement refusé de me porter.

Ingrat.

En contre-partie j’ai du jouer les Indiana Jones et traverser un ruisseau sur un tron d’arbre… wé comme dans les films.

Trop marrant avec une gaudasse qui glisse.

Le reste de la route était heu moins pire. Genre Kho Lanta, mais j’ai pas eu le droit de manger les limaces.

On est rentrés sagement, et j’ai eu le droit de nettoyer mes chaussures, mes pieds aussi… et mon futale.

C’est définitif.

Je déteste les forêts.

Copyright shookett qui a pondu ce chef d'oeuvre aux alentours de 16:02 - Vous m'avez envoyé 3 insultes - Permalien [#]

Commentaires

    Chemin boueux

    Ah tiens, t'a essayé? Smpa aussi comme chemin non?

    Copyright Sainte Ango le 04 juin 2007 à 16:12
  • erf...sympa de rentrer comme ça chez les parents de ton Jules... ^^ Pour le coup la sieste aurait ptêt été moins compromettante...

    Copyright Zabel le 05 juin 2007 à 22:53
  • Oui, la prochaine fois, annonce carrément que tu veux faire la sieste, ce sera moins risqué et salissant (normalement en tous cas)!

    Copyright CarrieB le 18 juin 2007 à 18:44

M'insulter en public